Accueil du site
Les bijoux en photo
Les débuts de la bijouterie
La fabrication de A à Z
Luc en direct de son atelier
Contactez nous

Comment sont fabriqués les bijoux que vous retrouvez en boutique

Nous voyons ici l'établi de Luc Atgé. L'or dont il se sert provient de pépites, paillettes, lingot, pièces, débris ou vieux bijoux . Le client peut également amener son vieil or qui sera retraité et réutilisé. Il travaille principalement à partir d'or fin.

Il est ensuite fondu avec un chalumeau, gaz et oxygène, dans un creuset, puis coulé dans une lingotière (d'où le nom de lingot). Le lingot se présente sous la forme d'une plaque ou d'une barre.

Laminoir à fil ou à plaque. L'or se travaille à froid. Il faut le recuire en cours de travail afin qu'il retrouve sa maléabilité. Si l'or est de mauvaise qualité il se fissure. Il doit être retraité et refondu. Le fil de section carré peut-être laminé jusquà 1 mm de côté et la plaque jusqu'à 1/10 de mm. Le banc à étirer, sert à étirer l'or pour faire du fil. C'est la filière qui calibre le fil grâce à ses trous coniques, le fil est tiré de trou en trou.

Une fois le métal en fil, on le ferme à la main puis on le soude pour faire un anneau. Ce dernier est ensuite placé sur le triboulet et forgé avec un maillet en bois, pour lui donner sa forme ronde. Si le bijou nécessite plusieurs soudures, il faut commencer par la soudure de plus haut degré de fusion pour ne pas refondre les soudures précédentes. La soudure est issue d'une recette maison qui a permis d'optimiser sa qualité (couleur, degré de fusion,résistance).

Le bijou est émerisé(avec du papier émeri) puis poli. La cheville est l'outil essentiel de l'établi, elle est propre à chaque bijoutier, et lui permet de se caler pour scier, limer… Un bijoux est éméri lorsqu'il a été poli avec de la toile émeri. Le polissage est la dernière étape. Le tour à polir est un moteur électrique équipé de 2 queues de cochon sur lesquelles on vise les brosses, disques, feutre... Chaque brosse à une utilité précise ainsi que les pâtes à polir de grain plus ou moins fin.

Les "ratages " peuvent provenir des impuretés présentes dans l'or ou d'un coulage soit trop chaud soit trop froid. Il existe différents moyens pour tester la présence d'impuretés : - pierre de touche : on gratte le métal pour laisser une trace. Ensuite on le teste aux acides différemment dosés. ex : eau régale (1/3 nitrique, 2/3 chlorhydrique). L'or peut-être également trempé dans de l'acide nitrique afin d'enlever l'argent, l'étain, le plomb, le nickel qui peuvent se retrouver dans les soudures. L'or ainsi nettoyé peut être réutilisé. Tout dans l'atelier est recyclé. La limaille (environ toutes les semaines ou quinze jours) est passée au tamis et à l'acide. Les plus grosses chutes sont récupérées et refondues, les autres sont filtrées avant d'être refondues à leur tour avec les limailles (dans le four électrique à 1100°).

Ce tableau sert de référence pour tous les joailliers. Il met en évidence les trois types d'alliages pour les bijoux en or ainsi que leur valeur (exprimée en Carat ou Karat), et les poinçons de l'Etat correspondant.

A ce jour, 90% des bijoux exposés sont fabriqués à la main par Luc Atgé. tous les bijoux présentés sont en or 750/1000 Plus qu’une bijouterie, la boutique s’est transformée en galerie dédiée à la passion, à la beauté et à l’originalité. La fabrication de bijoux personnalisés est devenue notre point fort. Entièrement faits main c'est l'assurance de modèles uniques et originaux.


Quelques informations sur les diamants: (cliquez sur les images pour les aggrandir)